Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Coup d'œil en loge et au-dehors.-

La franc-maçonnerie en clins d'oeil. - Humour et (des fois) réflexion.

arrête un peu

Publié le 1 Avril 2017 par YaKa in en loge

arrête un peu

Notre F∴ Al Quin n'a plus donné signe de vie depuis quelque temps.

Voici le dernier document que les membres de la Guilde de Blogueurs Maçonniques ont reçu.
Très étrangement, il est daté du 27 avril 6017 ... serait-ce une preuve qu'il a retrouvé la De Lorean du Doc Emmet Brown et qu'il s'en est servi ?

Le secret maçonnique révélé !

Lundi 27 avril 6017, dans un lieu couvert où l’on n’entendait ni un chien aboyer, ni un coq chanter, un événement d’une extrême violence s’est produit. J’en ai été le témoin, puis mon esprit de vérité a effectué quelques recherches, et je suis en mesure de vous affirmer que j’ai découvert « LE » secret maçonnique.

Je tiens toutefois à vous avertir qu’en vous informant, je mets peut-être ma vie en danger. Ce sera donc peut-être pour moi la dernière occasion de communiquer avec vous, mais je ne pouvais laisser la vérité être foulée aux pieds plus longtemps.

Voici les circonstances qui conditionnèrent ma découverte :

Etant en tenue dans mon atelier, alors même que le secrétaire procédait à la sempiternelle lecture de la planche tracée des derniers travaux, un frère visiteur attira l’attention de nombreux frères de la loge en semblant regarder avec insistance l’ensemble des frères présents. Cela les intrigua, puis les irrita, et enfin les rendit suspicieux...

Mais ce frère visiteur n’en resta pas là. Ainsi, lorsque le secrétaire enchaîna sur l’appel des membres actifs, à mesure que les noms s’égrenaient, et que les excuses pour absences fusaient, ce frère visiteur grimaça subitement.

Il se pencha vers le frère à sa droite et lui murmura quelque chose, entraînant bien évidemment la désapprobation courroucée des frères de la colonne face à lui qui ne pouvaient que s’offusquer du manque de tenue de ce frère visiteur.

Reprenant sa position, quelque chose sembla toujours le tracasser...
Il se pencha alors à sa gauche vers le frère qui était assis à côté de lui.
Le concert des « tsss » « chuuut » et autres claquements de langues attira alors

l’attention du Vénérable Maître qui décida de ramener le silence, mais d’une manière assez maladroite qui eut et aura peut-être pour la franc-maçonnerie française des conséquences incommensurables !

En effet, il demanda au surveillant de la colonne où se situait ce frère qui causait autant d’agitation. Le surveillant, mal à l’aise, indiqua qu’un frère semblait vouloir prendre la parole.

Le Vénérable lui accorda aussitôt mais, à la sortie de la tenue, il déclara à votre serviteur : « Jamais j’aurais dû faire ça ! On n’est pas assez formés vous savez, on croit qu’on sait tout quand on arrive au poste de Vénérable, mais c’est seulement à ce moment là qu’on réalise qu’on ne sait rien... ».

Ayant donc reçu le droit de prendre la parole, le frère visiteur déclara : « Vénérable Maître, et vous tous mes frères en vos rangs, grades et qualités, permettez-moi de vous dire que je suis ravi d’être là ce soir en égrégore avec vous, mais toutefois, j’ai remarqué un détail surprenant lors de l’appel des frères actifs ».

Un murmure parcourut l’assemblée.

« Oui, continua-t-il, je suis venu vous visiter le mois dernier, et j’avais déjà réalisé quelque chose, mais il me fallait le confirmer. J’ai donc fait des recherches, et je peux vous affirmer que bon nombre des frères que vous appelez comme « frères actifs » sont en réalité décédés depuis de nombreuses années ! »

Le brouhaha fut complet dans l’assistance et ce n’est qu’en fissurant son maillet et en devenant tout rouge à force de crier « Silence ! » que le Vénérable Maître réussit à reprendre un semblant de contrôle de la situation en déclarant « Les accusations que vous proférez sont graves envers notre loge et envers notre obédience mon frère, je vous invite à les réviser et à vous amender envers les frères présents ». 

« Ah mais je ne révise rien du tout Vénérable Maître, répondit le visiteur. J’ai fait mes devoirs et j’ai ici une enveloppe avec la preuve que les 2/3 des frères de votre loge sont en réalité décédés ! Certains même depuis près de 12 ans ! »

Le frère visiteur sortit alors de son cartable une enveloppe craft volumineuse qu’il tint tant bien que mal à une main au dessus de sa tête.

Le Vénérable Maître demanda alors à tous les apprentis et tous les compagnons de sortir et déclencha l’ouverture d’une chambre du milieu exceptionnelle !

Il ouvrit l’enveloppe qu’il s’était fait remettre entre temps, et fut estomaqué de voir des dizaines de courriers de proches, de concubines, de femmes et d’enfants de frères qui, effectivement, déclarait sur l’honneur, actes de décès parfois joints, que tel ou tel frère était parti à l’Orient éternel.

Rouge de honte et de colère, le Vénérable Maître congédia immédiatement le frère visiteur avant de se raviser et de le faire revenir en tenue en le faisant quérir par un frère alors que le pauvre frère visiteur en était rendu à sa voiture sur le parking de la zone industrielle.

Le Vénérable Maître présenta alors derechef ses excuses les plus sincères à ce frère pour s’être emporté et qu’il allait requérir des explications en confrontant sa liste à celle du frère secrétaire.

Celui-ci admit alors qu’il ne faisait qu’égrener la liste des frères qui lui avait été confiée par son prédécesseur.

Son prédécesseur fut alors immédiatement questionné, et il répondit de même, mais précisa qu’il avait fait valider cette liste avant de la transmettre par le frère trésorier.

Le frère trésorier déclara qu’il n’y comprenait rien, car la liste était elle-même rigoureusement conforme à celle transmise par son prédécesseur, mais que, néanmoins, comme chaque année qu’il ne cessait de le crier à corps et à cris, le nombre de frères étant en retard sur leurs cotisations ne faisait que croitre ! Le frère trésorier précisa même que ce problème avait été aussi relevé par son prédécesseur, et le prédécesseur de son prédécesseur.

Le frère visiteur demanda alors la parole. Elle lui fut donnée. Il précisa ensuite au Vénérable Maître qu’il avait été surpris d’entendre lors des derniers travaux auxquels il avait assisté le nom d’un frère dont il avait assisté à l’enterrement.. Certains frères réfléchirent, et se souvinrent, eux aussi, que certains noms qu’ils entendaient vaguement à chaque tenue en attendant d’entendre le leur, étaient peut-être effectivement des frères ayant disparus...

Le frère visiteur avait donc cherché en fin de tenue à noter sur le cahier de présence les noms des frères de la loge, et après un mois de recherches et de contacts, il avait réussi à établir cette liste. Toutefois, il ne comprenait pas pourquoi ces frères étaient toujours marqués comme « actifs » alors qu’ils étaient décédés. Alors, bien évidemment, dans un premier temps, il avait songé qu’il y avait peut-être une volonté de grossir artificiellement les rangs des loges, mais voyant la sincérité de la stupeur du vénérable maître, il avait été convaincu de la bonne foi des membres de cet atelier.

Il émit alors la supposition qu’il pouvait y avoir un souci de communication entre les frères et remarqua que tous les membres de l’atelier furent subitement absorbés par la contemplation de leurs chaussettes.

Après enquête, nous pouvons être en mesure d’affirmer que le problème localisé dans cette loge dont nous tairons le nom pour ne pas froisser la bourgogne, et plus particulièrement la Saône-et-Loire, résidant moi-même dans la ville de Mâcon, nous pouvons donc être en mesure d’affirmer que le souci rencontré par cette loge de province n’est pas anecdotique. 

En effet, suite à ces évènements, j’ai interrogé personnellement de nombreuses sources anonymes contactées par l’intermédiaire du réseau de la Grande Loge d’Orient de France et qui tendraient à laisser à penser qu’une simple faille dans les procédures maçonniques instaurées dans les années 1750 auraient en fait permis à des centaines de milliers de frères à travers le monde de rester sur les listings de TOUTES les plus grosses obédiences confondues alors même qu’ils étaient décédés ! Seules les petites obédiences ou fédérations de loges auraient bien évidemment été écartées de ce souci, car il est évident que lorsque l’on est 250, il est plus facile de se connaître que lorsque l’on est 40.000.

Voici donc l’explication qui nous a été fournie de manière anonyme par un ancien Grand Maître à votre serviteur lorsque je réussis à évoquer cette histoire incroyable avec lui :

Chut ! Tais-toi !, me dit-il en me prenant par le bras et en me menant à l’écart dans une pièce au néon clignotant. Comment tu es au courant ?

Je ne te révélerai pas mes sources bien évidemment.
C’est La Maçonne c’est ça ! C’est encore elle ?
Mais non, bien sûr que non..
C’est pas grave ! Chut ! N’en parle pas... Jamais ! A personne ! Mais pourquoi donc ?

C’est dangereux d’en parler, me dit-il.
Mais qu’est-ce qui se passe ? En quoi c’est dangereux qu’il y ait un manque de

communication entre le secrétaire, le trésorier et le vénérable d’une loge ?
Mais tu es fou !, cria-t-il en chuchotant. Tu ne réalises donc pas ? Mais c’est dans TOUTES les loges !!!! Pourquoi tu crois que l’on choisit toujours avec autant de soin les frères trésoriers ? C’est parce qu’il faut qu’ils soient inaudibles ! Il faut qu’ils luttent sans cesse pour

se faire payer les cotisations afin que personne ne remarque le problème ! Le vrai ! Ah bon ? Mais vous le saviez ?

Bien sûr qu’on le savait ! Tout le monde est au courant dans les grosses obédiences ! Mais on fait tous pareil ! En fait à chaque fois que des frères meurent.. on se lamente, on fait des tenues funèbres, on commémore sa mémoire.. Mais on ne demande jamais au frère trésorier de barrer son nom sur le listing ! Et comme il est débordé à demander les capitations à tout le monde.. Il oublie.. Ce qui fait que le frère secrétaire ne reçoit pas non plus l’ordre de barrer le nom du frère, et le trésorier ne peut pas lui rappeler..

Quoi ?, m’étonnais-je, mais pourquoi vous faites ça ?

Mais pour le nombre !!! Le véritable secret maçonnique c’est que nous ne sommse PAS DU TOUT le nombre de franc-maçons que nous prétendons être ! Tiens, regarde, rien qu’en France, on dit souvent qu’on est 150.000... Mais tu sais combien on est en réalité ?

Euh.. je..., bredouillais-je...
On est 10.000 !!! , me dit-il en chuchotant.
Quoi !, m’écriais-je avant d’être repris par l’ancien Grand Maître à parler moins fort.

Tais-toi... C’est ça LE secret maçonnique.. C’est qu’en réalité il n’y a déjà plus de franc- maçonnerie ! ça fait 70 ans qu’on a mis ça en place. C’était après la guerre, on n’avait pas beaucoup de monde, mais très rapidement les Grandes Loges ont voulu faire gonfler les chiffres.. Alors ils se sont plongés dans les constitutions anglaises, et ils ont vu cette faille... Tant que le Vénérable Maître ne donne pas l’ordre de modifier le listing des membres actifs.. personne ne le fait !

Mais alors...
Oui ! C’est du flanc ! Tout est faux ! 10.000 ! Et juste en France ! Il parait même qu’en

angleterre ils ne sont plus que 200 ! Tu te rends compte ? 200 ! Ils engagent des figurants 

quand des frères visiteurs annoncent leur venue. Et sur Twitter, ils ont engagé un community manager qui vie au Surinam pour passer ses journées à twitter des annonces de tenues qui n’existent pas ! En France on arrive à s’en sortir, mais en étant 10.000, on a moins de frères et de sœurs que de licenciés en waterpolo !

Mais c’est terrible ! Le jour où ça va éclater....
Ça n’éclatera jamais ! Personne n’en saura jamais rien ! Il faut que tu n’en parles jamais !

Que tu te taises.. Ne dis rien !!! Tais-toi !
N’écoutant que mon éthique journalistique acérée, je ne pouvais m’empêcher de vous

faire remonter ces faits d’une grave importance. Voici pourquoi, au péril de ma vie, je viens ce jour vers vous afin de vous annoncer officiellement que l’ensemble des Grandes Loges à l’échelle mondiale gonfle artificiellement le nombre de ses effectifs en oubliant de retirer de ses membres actifs les frères et sœurs décédées...

J’espère que cette information obtenue et confirmée ne vous effraiera pas trop, et que vous aurez le courage de la relayer.

 

 

Fraternellement vôtre Al-Quin www.freemasonry.fr

 

 

Ps : si je venais à disparaître, ma dernière volonté serait que mon livre Dernier Apprenti Entré soit complété par le frère à qui j’ai confié les épreuves, en qui j’ai toute confiance, et qu’il le fasse publier.

Mais excusez-moi, je finis d’envoyer ce mail, on sonne à la porte avec insistance et il faut que j’aille répondre (ce qui est plutôt étrange car le facteur ne passe jamais à cette heure là d’ailleurs...). 

 

 

Commenter cet article

Mandala 01/04/2017 09:47

Merci d'avoir pris des risques pour nous informer.